• Mon Rêve...

    Inspirée de : 

     

    Sur le bord du gouffre, je jauge l'appel du vide.

    Je me balance d'avant en arrière, je nargue le vertige qui m'appelle, qui m'attire à lui avec peur et envie. Ma poitrine se gonfle d'air pur.

    J'ouvre mes bras, je lève mon visage vers le ciel.

    Ciel, azur, immensité indomptée, voûte de mystères inexplorés, tu m'as tant fais rêver.

    À mes pensées, mes prières de toujours, comme après une éternité, un voeu enfin s'exauce. Discret, silencieux tandis que la brise se lève comme un appel.

    Je les sens venir, pousser, sortir de moi et naître dans un souffle. Légères, puissantes, taillées pour le vol. Elles sont là. Pour me porter, pour m'emporter.

    Le vent s'engouffre sous mes ailes ouvertes, soulève mes longues plumes noires. Je suis sur la pointe des pieds, prête à basculer, prête à me libérer, prête à quitter la terre et m'arracher à son attractive étreinte.

    Je ferme les yeux lentement, doucement mon corps tangue vers l'avant et je tombe. Je m'enfonce à toute vitesse dans les courants turbulents, je frôle la roche, mes ailes repliées contre mon corps buvant les tourbillons  d'air à me couper le souffle.

    Avant qu'ils ne me prennent, qu'ils ne m'emportent et me coupent les ailes je déploie ces dernières dans un ultime effort. Tous mes muscles sont tendus à se briser, j'ouvre grand et l'air m'adopte, j'échappe au vide, je remonte dans un cri de triomphe.

    Les courants se contredisent mais je les sens et je les apprivoise . Je remonte encore, toujours plus haut, le coeur transporté d'une joie indicible.

    J'embrasse la Terre d'un regard, enfin je vole.

    A mon sourire, à mon élan, à mes ailes enfin déployées sur les nuages que je traverse en tournant sur moi même, me jouant du vent, devenu mon allié.

    Ciel enfin possédé, enfin mien, enfin dévoilé. Je le parcours de mes yeux, de mon être, je fais enfin partie de lui.

    J'étais fille d'eau, fascinée de feu, respectueuse de la terre, mais définitivement amoureuse du ciel, de l'air. Invisible, impalpable, libre. Comme je le deviens en naviguant  sur ses courants.

    Je suis l'oiseau. Je monte au plus haut, loin du monde, loin du vacarme de la vie, loin des autres, loin de tout ce qui pourrait me faire mal. Loin...

    Je m'échappe. Je m'arrache à la vie, à la mort, au temps, à son pouvoir. Seule et libre dans cet espace infini, offert à mon vol, entre la Terre et  les Étoiles.

    Que c'est bon de ne faire qu'un avec ce lieu d'Ether. Prendre les airs, les saisir, les sentir au bout de mes ailes.

    Aucune mécanique, aucun moteur, aucune machine. Simplement être là, à la force de mes os, de mes muscles.

    Je m'élève.

    Echapper à la force pour goûter au délicieux vertiges de mes voltiges périlleuses. Je défie la Terre de me ramener à elle.

    Je me laisse porter par le vent, l'euphorie qui m'envahit et amplifie mes sens. Mon plaisir est décuplé. Je contemple la Terre d'un nouveau regard.

    Je prend le ciel pour la première fois, un souffle caresse mon visage, mon corps et je me sens bienvenue dans ce nouveau monde.

    J'embrasse l'immensité, enivrée de ce nouveau cadeau des fées.

    Je n'ai plus d'obstacles, aucune limite, je vais toujours plus loin et je me délecte du doux plaisir d'oublier qui je suis.

    Là-haut...

     

    Mon Rêve...

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :