• Avec le Coeur...

     

    Avec le Coeur...

     

    La Tristesse est une nécessité. Elle est la soeur de la joie, comme l'ombre est fille de lumière.

    La tristesse est un état qui fini par passer.

    Elle passe d'autant mieux si l'on la laisse s'exprimer, si on ne la réprime pas.

    Nous grandissons tous avec l'idée que pleurer est une faiblesse, qu'exprimer ses émotions et son ressenti ne sont pas des choses qui se font.

    Il faut bousculer tout cela.

    Mais ce n'est pas simple, lorsqu'on fonctionne sur un schéma contraire depuis des années.

    Donner un grand coup de pied dans la fourmilière.

     

    En particulier dans les relations amoureuses.

    Je fais quelques généralités, même si je n'aime pas cela et que ce n'est pas toujours légitime.

    Mais les faits sont là.

    Je me raccroche à du vécu et à la vie des gens qui m'entourent et qui me racontent leur peines ou qui me les montre seulement. J'essaie d'être à l'écoute.

    Une amie m'a dernièrement confié qu'elle était amoureuse d'un homme qui ne souhaite pas s'engager, mais qui pour autant ne veut pas la laisser partir.

    Il ne sait pas lui même ce qu'il veut. Il n'est pas encore prêt pour assumer ses choix. Il a peur.

    Qu'à cela ne tienne. Cela arrive à tout le monde.

    Mais mon amie est triste.

    Je lui ai dis que selon moi, beaucoup d'hommes ont peur.

    Nous les femmes, nous sommes plus fortes. De manière générale encore une fois.

    Nous détenons le secret de la vie, même si nous ne faisons pas d'enfants.

    Nous savons ce que nous voulons, nous n'avons pas peur.

    Je me suis toujours sentie plus forte que les hommes avec qui j'ai vécu des histoires, des relations courtes ou longues.

    J'ai voulu aider certains à se sortir à la fois de leurs peur, les remettre en confiance et qu'ils retrouvent l'estime d'eux même.

    Mais j'ai découvert avec le temps qu'on ne peut pas aider quelqu'un qui ne souhaite pas s'en sortir.

    Une personne qui ne désire pas aller mieux, aller de l'avant et qui a peur de se retrouver face à elle même, est une personne impossible à aider.

    La décision doit venir d'elle.

    On peut soutenir quelqu'un, l'encourager et le tirer vers le haut, mais il faut qu'il se lève de lui même.

    On ne peut pas le faire à sa place. C'est impossible.

    J'ai essayé !!!

    Cela peut paraître extrêmement égoïste et paradoxal par rapport à une personne que l'on aime qui plus est.

    Et pourtant c'est vrai. L'autre doit faire son propre chemin, sans nous.

    Tout comme nous devons tracer le nôtre.

    Et dans un couple on peut marcher main dans la main mais chacun sur sa route.

    C'est essentiel. J'ai mis des années à comprendre que je ne me rendrais pas heureuse en voulant à tout prix que l'autre soit heureux avant moi, ou à ma place.

    Il faut penser à soi. Et c'est en étant soi même bien et en paix que l'on peut alors mieux aider les autres et discerner ceux qui veulent vraiment s'extraire de leur gouffre à problèmes, qui veulent réellement lâcher leurs casseroles.

     

    Contrairement à ce qu'on pourrait encore croire, il faut du courage pour penser à soi.

    Mais penser à soi réellement, pas seulement s'occuper de soi physiquement, s'entretenir et se faire plaisir matériellement.

    Tout cela c'est autre chose.

    Je parle de notre moi profond. Parvenir à être en paix pour pouvoir avancer dans la vie, sans doutes, ni peurs.

    C'est un long cheminement qui ne se fait pas en un clin d'oeil.

    Rester vrai, entier, être soi même sans artifices.

    Tous ces masques que l'on croit devoir porter, pour plaire ou ne pas déplaire.

    Au long d'une vie ils sont de plus en plus nombreux et donc lourds à porter.

    Après une année de chagrin, de peine, de dépression, de thérapie efficace et de belles lectures, on atteint une certaine « sagesse ».

    Une sagesse sur soi même et sur notre vision de nous et du monde.

    Sur notre façon de voir les autres et notre conception de la Vie.

    Il y a une multitude de choses qui s'offrent à nous.

    On se surprend même à se dire que c'était pourtant si simple et on se demande pourquoi on n'a pas vu cela plus tôt. 

    Parce que les choses les plus simples sont souvent les plus difficile à discerner.

    Mais qu'importe, il n'est Jamais trop tard !

     

    Parmi cette multitude, j'ai envie de parler aujourd'hui du Coeur.

    Ce cœur que l'on fait tellement taire souvent, parce que on a grandi dans l'idée que c'est la tête qu'il faut écouter, que c'est elle qui décide et qui doit avoir le dernier mot.

    On a peur de l'ouvrir aux autres. Peur de souffrir en dévoilant ce qui s'y trouve.

    Peur de parler à cœur ouvert et de dévoiler ainsi ce que l'on prend pour des faiblesses.

    On n'est pas élevés dans la pratique saine d’exprimer nos émotions et ce que l'on ressens.

    On verrouille tout cela en croyant que cela va nous porter préjudice et nous ralentir dans notre parcours.

    Et pourtant c'est faux. (Toujours selon mon humble avis et ma modeste expérience!)

    On se protège mais on souffre quand même.

     

    Il ne faut pas tourner le dos à notre coeur. Et d'ailleurs, on ne peux pas.

    Alors pourquoi lutter contre lui, puisque il est le seul a avoir la réponse.

    C'est le cœur et d'une manière générale, le corps qui parle.

    La tête, elle, ne fait qu'interpréter les choses.

    Elle est un belle outil pour réfléchir, calculer, inventer, imaginer, élaborer, construire, apprendre... Mais elle reste un simple outil, aussi merveilleux soit il.

    Mais il ne faut pas lui faire confiance quand il s'agit de sentiments et d'émotions.

    Ce n'est pas de son ressort.

    On pense que l'on peut fermer notre cœur mais ce n'est pas possible.

    Il est comme nous le sommes dans notre entièreté, vivant.

    On ne peux pas le faire taire ni l'empêcher de recevoir.

    Alors autant ne rien tenter pour le séquestrer !

     

    Le Cœur est comme une petite maison ouverte. La porte ne peut pas être fermée. Impossible.

    La seule chose que l'on fait en cherchant à étouffer nos émotions, c'est laisser la porte mi close, presque fermée. Mais tout passe malgré tout.

    Le seul souci c'est que si vous essayez d'entrer dans une maison avec la porte seulement entrouverte, vous vous ferez forcement mal, ou vous abimerez la porte.

    Cela ne se fera pas sans des égratignure. Et chaque fois cela se dégradera un peu plus, à chaque passage. Alors autant laisser la porte grande ouverte puisqu'il est impossible de la fermer totalement.

    Pensez à votre cœur de cette manière là.

    Vous prendrez conscience, en douceur, que c'est au contraire en ouvrant votre cœur aux autres et au monde, que vous aurez le moins de chance de souffrir.

    Il ne sert à rien de faire semblant, de s'inventer un personnage, de cacher notre vrai personnalité.

    Elle est riche de tant de choses parfois, que l'on n'ose pas laisser s'exprimer par trop de pudeur, et de manque de confiance en soi. Mais c'est se faire mal et se répudier soi même. Ne pas se faire confiance et s'interdire le droit d'exister tel que l'on est.

    Parler avec le cœur, faire les choses avec le cœur facilite énormément l'existence.

    On se sent plus vrai, plus entier. On est enfin soi même. On ne dégage plus forcément la même énergie, ni les même ondes autour de soi.

    Par ce biais on attire du même coup des personnes ouvertes aussi. De meilleurs âmes, des gens non nocifs, non toxiques.

    Notre entourage ressens aussi ce changement en nous. On a la sensation de rayonner. De plus en plus. Et l'on s'ouvre de plus en plus. On entre un peu comme dans un cercle vertueux.

    On devient plus clairvoyant aussi. Sur nous même et vis à vis des personnes qui peuvent nous faire du mal. On devient capable de "détecter" les gens qui nous feront du bien, et celles et ceux qui s'inscriront comme nous dans le partage, dans un véritable échange, sans intérêt, sans tricherie, mais de manière inconditionnelle et bienveillante.

     

    Il se passe tant de belles choses quand on ouvre son cœur en grand...

     

    Avec le Coeur...

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :